Gigaherz

« BRAQUAGE DE NEURONES ! TU MEURS ? » de Phil Marso - Ed Megacom-ik

Le 1er livre sur la prévention des dangers du téléphone portable pour les ados

Sortie le 6 février 2009 - Disponible en librairie - Communiqué de presse

Accueil Sondage sur le Mobilou

« La Suisse a ses barres d'antennes GSM qui se fondent dans le paysage comme le chocolat, crise de mauvaise foi assuré ! »

L'association Gigaherz est issue d'une lutte de douze ans contre l'émetteur onde courte de Swiss-Radio-International, installée à Schwarzenbourg. L'un de ses responsables Hans Ulrich Jacob nous donne son avis sur les difficultés que la population rencontre face aux intérêts économiques et politiques de son pays.

Votre association est basée en Suisse, pays où le civisme est de rigueur en matière de propreté. Les antennes relais GSM feraient-elles une exception à cause de son poids économique ?

Hans Ulrich Jacob : La Suisse donne une image propre à l'extérieur comme la vitrine d'un restaurant à cinq étoiles. Mais il suffit d'aller dans les cuisines pour se rendrent compte que la saleté politique est omniprésente. Nos parlementaires sont en même temps entrepreneurs et agents de l'armée. Le président du conseil national est représenté dans 45 conseils d'administration de l'industrie. Vous pouvez donc imaginer le malaise quand les intérêts de l'industrie sont si bien représentés.

logo_suisse.jpg (12189 octets)

Pouvez-vous me raconter ce qui s'est passé à Schwarzenbourg avec l'émetteur des ondes courtes de Swiss-Radio-International ?

H.U.J. : C'est une longue histoire… J'ai combattu 12 ans contre cet émetteur. En 1995, la Suisse a projeté de renouveler l'émetteur et d'augmenter cinq fois plus sa puissance. Les autorités devaient procéder à une étude scientifique pour démontrer que ce n'était pas dangereux pour la santé. On a examiné des hommes et des animaux qui étaient proche de l'émetteur. Les études ont été faites par l'université de Berne sous la conduite des Telecom. Ils ont tellement menti dans l'étude qu'il nous a été facile d'en démonter les supercheries. L'étude a été renouvelée en 1998, Il y a eu 5 secteurs irradiés à Schwarzenbourg dans un cercle sur la carte. Il y a eu aussi 5 secteurs non irradiés. L'étude a examiné 200 personnes exposées ou non aux ondes électromagnétismes. Les valeurs de rayonnement pour les personnes examinées étaient de 0.4 et 4V/m. Les résultats étaient très convaincants : Chez les hommes irradiés il y a eu 5 fois plus de troubles du sommeil, 4 fois plus de dérangements psychiques, 3 fois plus de cas de cancer et 2 fois plus de cas de diabète Ces résultats ont déclenché une petite révolution dans la population de Schwarzenbourg. Le gouvernement a renoncé au projet du nouvel émetteur car il fallait mettre un dispositif de 200 policiers pour surveiller le lieu nuit et jour. Economiquement se n'était plus viable.

En France, le discours des opérateurs est de dire que les antennes GSM sont moins nuisibles que les émetteurs radio FM. Ils rajoutent : depuis des décennies que les émetteurs radio-tv sont sur nos toits, personnes s'en aient plaint. Comment réagissez-vous à cette hypocrisie du côté français ?

H.U.J. : Les émetteurs à onde moyenne comme ceux installés sur la Tour Eiffel irradient en cercle comme une lampe dans une pièce.. Ils sont 500 fois plus faible qu'un émetteur GSM. Celui-ci au contraire irradie par un réflecteur très fort, comme par exemple un phare de voiture dont sa lumière frappe le sol. Il est ainsi plus lumineux. Chaque pylône GSM a au moins trois émetteurs avec des réflecteurs dans trois directions différentes et chaque réflecteur irradient avec au moins 700 Watt L'émetteur à ondes moyennes de la Tour Eiffel n'a pas de réflecteur et est à 300m des toits de Paris. L'émetteur GSM en revanche est directement au-dessus des toits et rayonne directement dans les logements à l'intérieur. Même si à l'arrivée on enregistre que 10% d'irradiation. En Suède, on a fait des enquêtes dans les grandes villes du pays avec les différents types d'émetteurs. La radiotéléphonie mobile représente plus de 90% de la charge totale d'irradiation.

A combien estimez-vous le nombre d'antenne relais GSM implanté en Suisse ?

H.U.J. : 8000 pylônes relais GSM et avec le nouveau système UMTS, on projette d'y en installer 21 000 supplémentaires.

En France, nous avons l'Agence Nationale des Fréquences qui ne veut pas divulguer à la population l'emplacement des antennes GSM. Avez-vous le même problème en Suisse ?

H.U.J. : Nous rencontrons les mêmes problèmes. Le gouvernement suisse a enlevé tous les droits à la population avec une ordonnance sur le NIS (rayonnement non ionisant). Les tribunaux sont du côté du pouvoir et des sociétés de radiotéléphonie mobile. Par conséquent, notre association va porter sa protestation devant la Cour européenne de justice pour les droits de l'homme à Strasbourg.

En Suisse vous êtes les champions du monde du référendum. A-t-il déjà eu lieu un référendum abordant l'environnement des antennes relais GSM ?

H.U.J. : Une initiative populaire pour un référendum nécessite 120 000 signatures. Nous lancerons la pétition en 2002.

logo_suisse.jpg (12189 octets)

Il y a combien d'opérateur qui se partage le GSM, chez vous ?

H.U.J. : Trois ! Swisscom. Orange et Sunrise.

Lesquels d'entre eux sont plus à votre écoute ?

H.U.J. : Ils se moquent de nous dans l'immédiat. La démolition de l'émetteur d'onde courte à Schwarzenbourg peut faire changer rapidement la situation. Les opérateurs vont peut-être moins rire dans l'avenir.

Chez vous, les opérateurs ont le culte du clocher pour installer discrètement les antennes relais GSM. L'argent mène à tout, même au ciel pour satisfaire ses ouailles ?

H.U.J. : Une paroisse perçoit 10 000 FRS par année. Les membres de la paroisse reçoivent de l'opérateur un GSM qu'ils peuvent utiliser gratuitement pour une période de six ans. Le pape à Rome dirait " Chers frères c'est un cadeau du ciel que l'on nous envoie "

La France est la plus mauvaise élève concernant les normes de v/m (Volt/mètre) en Europe. Qu'en pensez-vous ?

H.U.J. : Les valeurs sont partout les mêmes dans toute l'Europe 60V /m avec 1800MHz 40V /m avec 900MHz Cela vaut aussi pour la Suisse. Nous avons ici des valeurs limitées pour les personnes qui sont en séjour spécial dans les hôpitaux et les écoles. Ceux-ci s'élèvent à encore 4V/m avec 900MHz et 6V/m avec 1800MHz. Chaque paroi de logement a une absorption de 10% d'électromagnétisme. En France, vous êtes loin de cette norme. Cependant ces précautions ne suffisent pas car l'on constate qu'il y a des troubles du sommeil à partir de 0,04 v / m, des cancers et des stérilités à partir de 0,48 V / m selon une étude du Dr N.Cherry qui se trouve en Nouvelle-Zélande.

Est-ce que les communes prennent des décisions pour freiner la prolifération des antennes GSM ?

H.U.J. : On a enlevé la décision aux municipalités avec une ordonnance décrétée par le gouvernement. Des valeurs plus élevées sont de 40 et 60V/m pour des jardins, des aires de jeux, des toitures-terrasses et balcons.

Est-ce que votre association a constitué un département juridique pour venir en aide à des particuliers qui sont confrontés aux nuisances des pylônes GSM ?

H.U.J. : Nous aidons toutes personnes confrontées aux émetteurs et ceci à titre bénévole.

Pouvez-vous me donner un exemple de procédure qui aboutisse au démontage d'un pylône relais en Suisse ?

H.U.J. : Il n'y a pas de tels exemples. Mais à ma connaissance il y a déjà eu des sabotages au niveau des émetteurs GSM. Cependant, la presse n'en fait pas écho car cela pourrait donner quelques idées aux citoyens de notre pays.

Avez-vous des contacts avec des associations européennes, notamment en France afin de réunir vos forces pour exiger une réglementation plus stricte dans toute l'Europe ?

À cause de la barrière de la langue nous sommes plus en contact avec des associations en Allemagne et en Autriche. En Allemagne à ma connaissance il y a environ 4000 groupes de résistances, en Suisse pour le moment nous en dénombrons 300. Nous avons à nos côtés une cinquantaine de scientifiques.

Propos recueillis par Phil Marso - Le 14 décembre 2001

© MEGACOM-IK & Phil Marso / 2007 - . Si vous détectez des fautes d'orthographes dans cette interview, veuillez prévenir l'auteur Phil Marso. Merci d'avance ! - Lire d'autres interviews.

 
mesure d'audience